COMMUNIQUÉ DE PRESSE : TOXICITÉ DU CUIVRE COMPARÉE AUX PESTICIDES DANS LE VIN ET EN AGROECOLOGIE

Citation mai 2019 : GE Seralini, Douzelet J, Halley JC (2019)
Le cuivre dans les vins et les vignobles: goût et toxicité comparée des pesticides. Food Nutr J 9: 196. DOI: 10.29011 / 2575-7091.100096
https://gavinpublishers.com/journals/artical_in_press/Food-and-Nutrition-Journal-ISSN-2575-7091
Autres articles de recherche reliés : www.seralini.fr

Le cuivre est généralement considéré comme un biopesticide qui devrait être davantage réglementé dans les vignobles biologiques, car il en est le principal traitement. Il existe actuellement un débat controversé à ce sujet. Afin de soulever cette question, les auteurs ont étudié les niveaux de cuivre dans les vins biologiques et non biologiques comme les goûts, ainsi que la toxicité comparative des pesticides synthétiques aux niveaux sanitaire et environnemental.
Le cuivre est présent à une dose moyenne de 0,15 mg / l dans les vins biologiques et dix fois plus, jusqu’à 1,5 mg / l ou plus dans les vins non biologiques ; ceci est probablement dû à sa présence dans la formulation de pesticides synthétiques, à base de pétrole, contenant plusieurs métaux lourds qui sont transférés au raisin. La vigne fait partie des plantes cultivées les plus fortement traitées aux pesticides, sauf en agriculture biologique.
L’impact environnemental du cuivre dans les vignobles biologiques soumis à des traitements normaux (quelques kg / ha) apparaît positif, dans la mesure où il améliore la biodiversité, contrairement à l’impact des pesticides de synthèse desséchant peu à peu le sol. Le cuivre est essentiel à la vie, il stimule la défense des plantes et même du système immunitaire humain, et n’est toxique que par saturation.

Le cuivre n’est pas principalement un pesticide mais un élément essentiel de la vie.

Il est non toxique aux niveaux trouvés dans les vins. Cependant, aux niveaux présents dans les vins non biologiques, cela change clairement leurs goûts. À titre de comparaison, nous avons constaté qu’une bouteille de vin non biologique jugée de manière favorable (100/100 dans le guide Parker) contenait 146 μg / l de boscalid, un pesticide synthétique largement utilisé. Si l’on considère les produits de formulations et les résidus présents dans de nombreux pesticides, tels que le pétrole et l’arsenic ou d’autres métaux lourds, le seuil de toxicité chronique sera atteint par la consommation de 22 ml de ce vin. Des résultats similaires sont obtenus pour le fenhexamide et le glyphosate dans le Roundup, largement utilisés dans les vignobles traités, qui présentent une toxicité considérablement supérieure à celle d’un excès de cuivre. Le cuivre ne peut donc pas être considéré comme comparable aux pesticides synthétiques dérivés du pétrole présents dans les vins non biologiques.

Si les agences doivent réglementer l’utilisation du cuivre, elles doivent d’abord publier la composition confidentielle de pesticides synthétiques pouvant contenir dans leurs formulations du cuivre ainsi que des métaux lourds toxiques.

Prof. Gilles-Eric SERALINI

University of Caen Normandy
Department of Biology and
co-Director Network on Risks, Quality and Sustainable Environment MRSH
Esplanade de la Paix
14032 Caen cedex France
Tel +33 (0)6 70 80 20 87
https://www.facebook.com/seralini.fr/  (french)
Recent research papers: www.seralini.fr  (english)
Seminars on www.spark-vie.com

Un commentaire sur “COMMUNIQUÉ DE PRESSE : TOXICITÉ DU CUIVRE COMPARÉE AUX PESTICIDES DANS LE VIN ET EN AGROECOLOGIE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.